Arts et Culture

Le Concours « Ecrits pour la fraternité » (édition 2018)

Le concours « Ecrits pour la fraternité » entre dans sa quatrième année d’activité dans l’académie Guadeloupe. L’édition 2017 a été marquée par le succès d’une classe de 4ème du collège/lycée  du CREPS des ABYMES. La production collective audiovisuelle de ces élèves a reçu le 1er Prix sur le plan national.


Fière de cette réussite, la ligue des droits de l’Homme section Guadeloupe, souhaite renforcer son engagement aux côtes des acteurs de l’éducation.

L’édition 2018 du concours  a pour thème :

« Ouvrez-moi cette porte où je frappe en pleurant ».

La Ligue des droits de l’Homme, porteuse de valeurs humanistes et universelles,  a choisi de pousser la réflexion sur un sujet d’actualité.

« La liberté d’aller et venir » est considérée comme un droit fondamental et inaliénable.
Ce principe est inscrit et défendu par la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
« Toute personne a le droit de quitter son pays (…) »
« Toute personne a le droit de circuler librement (…) »
« Devant la persécution, toute personne a le droit de bénéficier de l’asile en d’autres pays (…) ».
Extrait de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de1948.

Les migrations internationales ont triplé depuis 40 ans, qu’elles s’expliquent par des motifs économiques ou par des conflits. Ce phénomène s’est accentué ces récentes années dans le bassin méditerranéen. Depuis 2015, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants frappent aux portes de l’Europe. Ces migrations ont des conséquences majeures pour les populations de refugiés  et les pays d accueils.

Sous la responsabilité de leurs  enseignants, les candidats réaliseront des œuvres qui traduiront leur réflexion sur la société, la question des migrations  et du « vivre ensemble ».
L’hospitalité est un devoir, tout comme la protection des personnes qui demandent l’asile au nom de la convention de Genève en 1951. Toutefois les rapports entre réfugiés et populations d’accueil peuvent faire émerger  de multiples problématiques.
La liberté de production et de traitement  du thème est totale. L’encadrement des enseignants doit se limiter à stimuler et encourager l’expression  des candidats quel que soit la forme des productions. Ce travail d’encadrement nécessaire, est l’assurance d’un rendu de travaux pertinents et de qualité.
Le règlement et tous les éléments nécessaires à la compréhension de l’esprit du concours sont disponibles sur une plaquette d’information accessible sur  le site académique.
Nous mettons toutefois  à votre disposition des  personnes ressources pouvant assurer des interventions en établissement, selon les demandes.

-    La Ligue des Droits de l’Homme, section Guadeloupe :
 M. Hubert JABOT 0690-56-26-15 (président de la LDH)
Me. Joëlle VERDOL 0590-89-26-55 (membre de la LDH)

-    Professeurs référents académiques :
Mme Claudie  LATOR  0690-48-04-65 (professeur documentaliste/ Lycée Sony RUPAIRE de SAINTE-ROSE)
M. Oumar OUEDRAOGO, 0690-38-77-79 (professeur d’histoire-géographie / Lycée Charles COUEFFIN de BAIE-MAHAULT)
Mme Christelle POPOTTE 0690-67-99-25 (professeur d’histoire-géographie/ Lycée Raoul Georges NOCOLO de BASSE-TERRE).
Nous  vous proposons un ensemble de recommandations pour améliorer l’appréciation des travaux des candidats.
-    veiller à la qualité du son et de la captation des images pour les productions audiovisuelles ou musicales.
-    veiller à la qualité de la syntaxe et de l’orthographe pour les productions écrites.
-   veiller à la qualité du graphisme et à une représentation suffisamment expressive pour les productions artistiques de type dessin ou affiche.
-    le diaporama ne peut être considéré comme une œuvre écrite. Cet outil peut être proposé comme support pour des montages visuels légendés.
-    si une œuvre est réalisée dans une langue régionale ou étrangère, joindre  obligatoirement la traduction française.
Les productions  devront être remises au coordonnateur du projet dans chaque établissement participant. Il sera chargé de centraliser et d’en établir une synthèse selon le modèle de la fiche suivante.
Le coordonnateur a la responsabilité de l’envoi  des productions  et de la synthèse, qui devront être parvenu à la section guadeloupéenne de la Ligue des Droits de l’Homme impérativement avant la date du 30 mars 2018.

Par mail à l’adresse suivante : ldh971.concours@gmail.com
Ou remis directement pour les productions non numérisables, sur rendez-vous, au siège de la section départementale :
Ligue des Droits de l’Homme de Guadeloupe et Maison de la Citoyenneté
Concours Ecris pour la Fraternité
16 Rue du Commandant Mortenol
97100 POINTE A PITRE
Téléphone : 0690 56 26 15


Le jury de ce concours composé de membres de la Ligue des Droits de l’Homme, d’enseignants et de personnalités de la société civile, appréciera les productions afin de sélectionner les plus pertinentes pour le concours à l’échelle nationale.
Les productions académiques lauréates seront transmises au jury national de la LDH par la section Guadeloupe. Les auteurs des œuvres retenues au national seront invités à recevoir leur prix à Paris. Les frais de déplacement seront à la charge de la LDH.
 

(affiche du concours, plaquette de présentation, fiche de participation)

Arts et Culture 
Concours