Cinéma

Concours Jeune cinéaste 2015

arts_culture_20141120_CJC2015.jpg

Le rectorat organise un concours de réalisation de film vidéo, ouvert à tous les élèves des lycées et collèges de l’académie.
Les bulletins d’inscription devront parvenir à la DAAC pour le vendredi 19 décembre 2014.

Un jury décernera des prix dans chacune des catégories définies par le règlement.
Les meilleures productions seront présentées au public à l’occasion de la remise des prix.
Les productions devront parvenir pour le mercredi 29 avril 2015, date limite, à la DAAC (lire la suite)

Nuage de mot 
vidéo Cinéma audiovisuel
Arts et Culture 
Concours

Concours Jeune cinéaste 2014 : remise des prix

arts_culture_20140529_CJC_11.jpg

C’est dans la très belle salle du Ciné-théâtre du Lamentin que Carole Portella, conseillère sectorielle cinéma-audiovisuel, a accueilli les participants du concours Jeune cinéaste pour la remise des prix, le mardi 20 mai 2014. (Palmarès) (Voir la suite)

Arts et Culture 
Archives des actualités

Terra Festival 2014 : retour en images sur la 11ème édition

arts_culture_20140527_TerraFParking.jpg

La 11ème édition du Terra Festival, Festival du film de l’environnement et du développement durable, souffla un vent d’optimisme et de bonne humeur sur la Guadeloupe pendant toute une semaine, notamment grâce aux prestations de Gustave Parking et du groupe Fanm ki ka lors de la cérémonie d’ouverture. (Lire la suite)

Nuage de mot 
EDD Cinéma audiovisuel
Arts et Culture 
Archives des actualités

Rencontres autour du Festival du Film d'éducation: une édition réussie !

arts_culture_20140425_LBroulhetRFFE2014.jpg

Les 4èmes Rencontres autour du Festival du Film d’éducation (RFFE) ont tenu toutes leurs promesses : des films poignants qui nous interrogent sur notre regard sur la vie et ses difficultés, des rencontres enrichissantes avec des réalisateurs et des professionnels de l’éducation, des ateliers variés pour les scolaires ou les parents pour maîtriser notamment l’utilisation des médias, un parcours du jeune critique pour mieux analyser les films diffusés, des projections de films scolaires primés au début des séances… (Lire la suite)

Nuage de mot 
Cinéma audiovisuel CEMEA
Arts et Culture 
Archives des actualités

Les Rencontres autour du Festival du Film d’Éducation 2014 : « Jeunesse : oser grandir »

arts_culture_20140325_CartePostaleRFFE2014.jpg
La  4ème édition des Rencontres autour du Festival du Film d’Éducation aura lieu du mardi 1er au samedi 5 avril 2014. Le thème de cette année : « Jeunesse : oser grandir ». Les séances seront suivies d’échanges avec la salle. Des ateliers sont proposés au public scolaire le jeudi 3 avril à la Cité des métiers. Deux projections de film auront lieu pour les scolaires:

-    « Chronique d’une rencontre » le mercredi 2 avril à 9h à la salle George TARER -    « Etincelles »  le vendredi 4 avril à la salle des congrès de la médiathèque du Lamentin (Lire la suite)

Arts et Culture 
Opérations

20ème FEMI: Matinée « Jeunes en création »

Le samedi 1er février 2014, au Ciné-théâtre du Lamentin, les élèves des options et ateliers audiovisuels de Guadeloupe et de Martinique ont présenté leurs productions dans le cadre de la matinée « Jeunes en création » du FEMI, en présence de la Baronne Cécile de Massy, Marraine de la 20ème édition du Festival régional et international du film de Guadeloupe.

Matinée Jeunes en création 2014
Arts et Culture 
Galeries de photos

Programme FEMI 2014

entête_FEMI_2014.jpg

20ème édition du Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe:

"L’exception culturelle française fait du cinéma une industrie à part entière contribuant au rayonnement de la culture et des talents artistiques. La Guadeloupe n’échappe pas à cette règle et a su y intégrer sa propre identité pour faire naître un cinéma antillais. Voilà aujourd’hui 20 ans que le Festival international du Film de Femmes, « le FEMI » braque les projecteurs sur ce cinéma et a su faire émerger de nouveaux projets et de nouveaux talents. [...]"

FEMI 2014 : 20ème édition !

arts_culture_20141218_Affiche_FEMI2014.jpg

« Le festival régional et international du cinéma de Guadeloupe mettra à
profit sa prochaine édition pour permettre au grand public et aux
professionnels du cinéma de revivre les temps forts qui ont ponctué son
parcours depuis sa création à travers une programmation de films, des
rencontres et des soirées thématiques spéciales.
Depuis 20 ANS, le
festival a rassemblé plus de 60 000 spectateurs. Il a fait découvrir aux
Guadeloupéens et à tous ses visiteurs venus de France et d’ailleurs une
quantité considérable de films mémorables et d’intenses moments de
célébration. »
Le public scolaire n’est pas oublié dans cette
grande fête du cinéma. Dans cette page retrouvez la programmation et le
descriptif des films proposés à la communauté scolaire. (Lire la suite)

Arts et Culture 
Archives des actualités

Festival international du court métrage philosophique scolaire

Quand la philosophie fait son cinéma

Sous l'initiative d'un professeur de philosophie de l'académie de Lille, le festival  international du court métrage philosophique scolaire est en train de naître. A Saint-Pol-sur-Ternoise, Pas de Calais, du 9 au 11 avril, ce fut un moment riche philosophiquement, instructif pédagogiquement et surtout passionnant cinématographiquement. Une cinquantaine de films ont été présentés.

Un pari artistique

L'idée du festival est de faire mettre la main à la pâte aux lycéens français. Il y a d'abord un pari pédagogique : est-ce que le fait de devoir construire un objet cinématographique ne pourrait pas permettre aux élèves de s'approprier différemment (voire mieux) les concepts philosophiques ? On peut aussi y percevoir une hypothèse épistémologique : si apprendre, c'est construire un savoir, le fait d'être mis au travail dans le cadre d'un projet de création artistique serait plus fidèle à ce que signifie penser que d'écouter le cours magistral d'un enseignant. Enfin, c'est une expérience artistique pleine et entière : comment rendre sensible un problème philosophique ? C'est un défi  passionnant : par sa seule forme, il oblige et l'enseignant et les élèves à s'interroger sur cette transposition, ses conditions de possibilités, ses limites, etc. Faut-il traduire, c'est-à-dire partir de la philosophie écrite ou parlée pour passer au langage cinématographique ? Mais cela ne risque-t-il pas de conduire aux maladresses propres à la traduction ad hoc ? Faut-il penser directement dans la langue cinématographique, c'est-à-dire être tout de suite sensible à la dimension affective de la pensée, ce qui peut la rendre désirable, convaincante, touchante, etc ?

C'est là que se situe la première leçon du festival : nombre de courts métrages tombent dans le didactisme, c'est-à-dire se contentent de filmer des simili-cours. Dans les réalisations les plus atrophiées en termes d'imaginaire, on a tout simplement un exposé filmé. Beaucoup d'élèves ne se saisissent pas de la puissance de l'art qu'on leur demande d'investir : ils n'ont aucune idée. La vertu du dispositif est de rendre criante la non-appropriation des idées philosophiques : verbeux, ces courts métrages singent ce qu'on peut faire de pire dans l'enseignement, à savoir une logorrhée indigeste et désincarnée, donc inintéressante. Les courts métrages français tombent plus facilement sous ce travers... Le collègue qui organise le festival (et dont les élèves sont les plus nombreux participants) était tenté d'y voir la nécessité d'une auto-critique sur sa manière d'enseigner, mais c'est sans compter sur le fait qu'on retrouve ce travers, plus ou moins marqué, dans à peu près tous les cours métrages français. C'est donc sans doute la tradition de l'enseignement philosophique à la française qui voit là se dessiner in vivo les effets de ses méthodes, et plus généralement le système scolaire français – qui met finalement peu les élèves en activité de création. Si j'évoque la nationalité des productions, c'est parce qu'une des grandes surprises du festival fut la participation enthousiaste de classes venant de divers pays européens.

Les vertus de l'altérité : une dimension européenne salutaire

La plus grande leçon du festival en termes de pédagogie et de réflexion sur l'institution scolaire, c'est la différence de ton des courts métrages étrangers. Malgré sa grande jeunesse, le festival trouble par son statut déjà européen. Rien moins que six pays étaient présents : la France bien sûr, mais aussi la Norvège, la Bulgarie, l'Italie, le Portugal et la Pologne. Si une telle présence est bien sûr due à l'impulsion donnée par le collègue Clovis Fauquembergue, pareille sollicitation a été lancée envers les collègues français. L'académie de Lille bénéficie d'une liste de diffusion efficace entre professeurs de philosophie, qui a favorisé la publicité, au sens littéral du terme, de l'initiative. Or, il faut constater la très faible participation des collègues de philosophie français : deux seulement. Le festival a donc pris une ampleur européenne d'abord par défaut de participation des collègues français. Il est étonnant que lorsqu'un collègue propose une telle initiative elle soit perçue à l'étranger comme désirable, et aussitôt investie (sous diverses formes, nous le verrons) par des collègues étrangers, mais relativement boudée ici.

Mais revenons aux différences marquantes. J'en retiens trois principales. Premièrement, beaucoup de courts métrages français furent tournés dans l'enceinte de l'établissement scolaire, ce n'est le cas de quasiment aucun court étranger. Que signifie cette absence d'évasion ? A quoi est dû cet auto-enfermement dans les murs de l'école ? Pourquoi ne pas avoir pensé à tourner en dehors ? Deuxièmement, les courts métrages français n'ont dans leur distribution que des acteurs lycéens : véritable auto-forclusion à une classe d'âge. Les courts étrangers mettent en scène des enfants, des adultes, des vieilles personnes. Pourquoi ne pas oser solliciter des personnes étrangères au projet pour les y inclure ? Enfin, il est frappant de voir la puissance existentielle, incarnée, des questionnements dans les courts métrages étrangers, alors que les courts français sont trop souvent inhabités : en tant que spectateur on n'y croit pas. Il y a trop souvent une révérence aux « noms » : citations pompeuses qui tombent trop souvent comme un cheveu sur la soupe, « cours » verbeux et rébarbatifs qui sonnent faux, etc. Pourquoi la glue des stigmates scolaires les plus caricaturaux imprègne-t-elle à ce point les œuvres françaises ?

On le voit, la dimension européenne du festival est passionnante et heuristique pour un enseignant français : le contraste des productions invite à se poser nombre de questions, rend désirable de participer au festival avec une de ses classes pour tenter l'expérience et essayer de lutter contre l'atrophie de l'imaginaire qui ne peut être que le résultat d'un apprentissage – au sens où Charlotte Nordmann parle, à propos de l'École, de la « fabrique de l'impuissance ». Non, les jeunes Français n'ont pas moins d'imagination que les autres, celle-ci a seulement été mise au ban de l'École par des processus complexes de verrouillage qu'il serait intéressant d'analyser mais surtout de faire sauter pratiquement.

Le bonheur d'être jury

Mais fi des difficultés, ce festival fut d'abord un grand moment de bonheur et d'optimisme sur ce que peut la création artistique pour l'augmentation de la puissance d'agir des lycéens. La plus belle surprise de ce festival est justement venue de la qualité de certains courts métrages. Je le reconnais : en acceptant d'être membre du jury, je m'attendais à un exercice professionnel, scolaire (comme corriger des copies, mais en plus plaisant tout de même). J'y allais dans la perspective de saluer des initiatives louables et maladroites : après tout, aucun des lycéens n'est en option cinéma et on ne peut légitimement attendre qu'ils fassent œuvre dès les premières tentatives. Or, ce fut bien plus que cela : les débats au sein du jury furent passionnants car les œuvres sélectionnées font véritablement vivre des moments artistiques (au sens de Nelson Goodman : en faire l'expérience vous transforme). Je crois que je peux parler sans hésitation au nom du jury : nous avons parfois pris notre pied en tant que cinéphiles. Quel bonheur de ressentir la puissance d'agir des lycéens, de voir qu'ils peuvent nous émerveiller et nous toucher à ce point, nous apprendre à nous aussi. Autant de qualités qu'on ne peut pas leur dénier a priori (c'est presque un postulat éthique pour qui aime le métier d'enseignant), mais qui, il faut le reconnaître, ont rarement l'occasion de s'exprimer dans les conditions offertes par l'institution scolaire. Oui, un adolescent de dix-sept ans est riche de questions, de perceptions et d'affections humaines profondément touchantes et enrichissantes lorsqu'elles arrivent à s'exprimer artistiquement.

On peut esquisser une hypothèse explicative : voilà des élèves qui ne produisent plus pour être notés (le « devoir » comme production scolaire à seule fin d'être noté par un enseignant qui enchaînent les copies dans la lueur solitaire de son bureau) mais pour aller parler à la sensibilité d'autres êtres humains (le court métrage comme production artistique qui finit diffusée dans un cinéma où toute une communauté vient applaudir, en geste de gratitude du don qui vient de lui être fait). Il y a là un enjeu existentiel de socialité qui donne un tout autre sens au travail et à l'effort. Car c'est encore un point qui mérite d'être souligné : les meilleurs courts métrages sont très bien finis, avec un souci du travail bien fait qui contraste avec les courts métrages bâclés qui, eux, font trop penser aux productions écrites scolaires telles qu'on les croise au quotidien.

Un moment de réflexion pédagogique

Par ailleurs, ce ne fut pas qu'un moment de cinéphilie. Sur la durée des trois jours, le festival proposait d'abord d'un rendez-vous pédagogique : nombre de conférences étaient organisées autour des questions que pouvaient poser le projet du festival sur les conditions du geste d'apprendre, sur le métier d'enseignant, etc. Souvent d'une grande qualité, ces moments permirent un échange sur les pratiques, un questionnement sur les problème, pour nous enseignants, qui se dégagent des œuvres reçus. En effet, le festival a cette vertu première et simple d'offrir un grand miroir aux enseignants, sur le mode : « regardez ce que des lycéens font et voyez dans les qualités et défauts de leurs productions les qualités et défauts de votre propre enseignement ». Véritable épreuve du réel, cette rencontre avec ce que l'École peut faire faire aux élèves est parfois cruelle pour les enseignants, mais toujours hautement instructive. C'est beaucoup plus concret que toute considération abstraite sur les vices et vertus du système éducatif. C'est beaucoup plus humble car il s'agit de penser à partir, mais surtout grâce aux élèves. Dans ce festival, les enseignants ont autant appris que les élèves : j'y ai même pensé plus intensément et plus joyeusement que dans bien des colloques universitaires. On ne peut donc que regretter que la possibilité de rencontrer des productions scolaires conçues au sein de démarches extra-ordinaires (à la lettre!) soit si rare. Cela n'en rend que plus précieuse l'existence de ce festival.

Conclusion

Le lauréat du prix (nommé « Zarathoustra », et qui est incarné en une magnifique sculpture originale de l'artiste Tiffany Vanhoeke) est un jeune norvégien, Ian Pottinger, pour « A Month at Sea ». Il met la barre très haut, mais tant mieux. À la rentrée prochaine, j'espère pouvoir montrer à mes élèves les courts récompensés cette année et leur dire : « voyez ce que d'autres élèves ont fait l'année dernière ». Cela vous a touché, questionné, dérangé, plu ? Eh bien, nous allons essayé de même de créer des œuvres qui pourront avoir semblable effet auprès d'un public dont on ne sait à l'avance combien grand il sera. Puissions-nous alors avoir le bonheur de découvrir que nombre d'autres classes auront participé (et pas qu'étrangères ! françaises aussi...) et que les moments d'échange du festival seront encore plus riches, plus divers, plus étonnants pour la troisième édition.

Sébastien Charbonnier

Professeur de philosophie à Lens

Nuage de mot 
Cinéma philosophie
Philosophie 
Archives